vendredi, mars 21, 2008

L’œil

Depuis quelques jours, tout le monde parle de Nicolas. Non, non, pas Nicolas 1er... Nicolas Princen, jeune homme de 25 ans, diplômé d’HEC, militant UMP. Il est supposé scruter la presse (officielle et blogs) afin de dénicher le moindre buzz et toute rumeur concernant Sarkozy.

Je lis avec beaucoup d’amusement les articles (et commentaires des lecteurs) relatifs à ce sujet qui s’inquiètent du système "Big Brother" car :
  • un homme seul ne peut pas accomplir ce travail (même en passant plusieurs nuits blanches par semaine),
  • tout le monde sait que tout ce qui s’écrit sur le Net est surveillé (pas seulement en Chine),
  • n’importe quelle entreprise digne de ce nom fait appel à des boîtes de "veille presse", histoire de savoir où elle en est.
Maintenant, quant à la démarche de Nicolas 1er, trois hypothèses sont à discuter :
  • nous vivons toujours en démocratie où la liberté d’expression existe, auquel cas, Nicolas P. ou pas, rien ne se passe,
  • nous vivions dans un état totalitaire et tous les blogs reliant des buzz concernant Nicolas 1er (bien que souvent en rapport avec ses propres bourdes) seront censurés,
  • nous vivons toujours en démocratie, mais Nicolas 1er porte plainte (auquel cas, je lui conseille de rouvrir les tribunaux que Dati vient de fermer).
Je souhaite bien du courage au jeune Nicolas !

8 commentaires:

Paul a dit…

If I have read your fifth point correctly, then on my blog Styx I shall soon try to find some polemique about Le President and we shall see!

stinker a dit…

The Internet is shit!

Fleur a dit…

in "the Internet is shit" ...mais qui voudrait vraiment se prendre pour Shakespeare... et les singes, je me demande si cela ne serait pas une grâce de se réincarner en singe... en bobo ou en gorille... ou en oiseau frappeur martin-pêcheur ou colibri... en panthère noire, je préfèrerais (mangeuse d'hommes, miam, la chair humaine à éradiquer de la Terre)...
les internautes babillent, et alors? Il suffit de débrancher, ou de vivre avec ceux qui restent encore sans le net, et il en reste des millions... et de se déspamer le plus possible, de ne plus lire les blogs, de continuer à aller dans les bibliothèques... à ce train là, de toute façon, the world is already shit, isn't it?

Paul a dit…

One year before he died, at age 87, my father said to me: "Do you know, I am very happy to have lived when I did."

"Why do you say that" I asked.

"Because everything's horrible now!" he replied.

That was 1998...

Fleur a dit…

Oui, Paul, ma grand-mère (morte en 1999, juste quand les côtes atlantiques ont failli mourir aussi sous les nappes épaisses et giga(n)tesques de sirop noir lourd et gélatineux) m'a à peu près dit la même chose, en nous demandant quand même de ne pas nous rencogner dans un état "dépressif" et d'essayer de profiter de la vie, puisque nous avions l'énergie de la jeunesse... De toute façon vivre sous la monarchie en France (ou ailleurs)dans les siècles passés (ou aujourd'hui) ne m'aurait pas plu du tout mais alors pas du tout,et chaque siècle a ses difficultés, ses tragédies et ses déplaisirs, du coup, il me semble que ce n'est pas l'époque qu'il faut accuser, mais nous, qui sommes le produit d'époques successives, et qui ne sommes pas capables de produire un monde vivable... D'ailleurs, soit dit entre nous, je pense que j'aurais dit comme votre père mais beaucoup plus tôt, déjà sous Thatcher, j'aurais pt-être voulu me suicider, c'est clair et net(comme bcp l'ont fait d'ailleurs, si mes souvenirs sont bons)...
mais e la nave va...
(et vogue le navire, ou en quelque sorte, aussi, fluctuat nec mergitur, et on boucle la boucle)

Fleur a dit…

Ah, pérégrinations obligent sur le thème des libertés et d'internet, suis tombée sur un site lié au sujet. Les sanctions tombent déjà (légitimement ou pas?)... ça n'a pas tardé, après la nomination du petit Nicolas (ou du Petit Princen), vous avez vu? Vlan!
Je préfère ne même pas commenter sur le fond, trop écoeurée.

stinker a dit…

the world is already shit, isn't it?
Raison de plus pour ne pas en rajouter.

Fleur a dit…

En rajouter, mais si, il faut le faire, ça charge bien le navire, il coule plus vite, ça laissera de la place pour ceux qui sont restés à quai, tiens, héhé, au contraire, en faire trop, c'est une bonne stratégie, ça vaut (presque) toutes les révolutions : d'ailleurs, une révolution, c'est aussi l'art d'en faire trop, d'une certaine façon, pour obtenir un autre équilibre (légitime ou pas je m'en fiche)... Tope-là, j'ai choisi mon camp !