vendredi, novembre 10, 2006

Quelle société !

J’ai écouté ce soir le "Téléphone sonne" sur France Inter qui avait pour sujet le permis à points et son possible aménagement.

Evidemment, il y avait des gens pour et contre. Jusqu’ici rien d’anormal, puisqu’on est supposé vivre dans une démocratie où la liberté d’expression est (encore) possible.

Mais là où j’ai commencé à m’énerver, c’était suite à une intervention de Chantal Perrichon (Présidente de la Ligue contre la violence routière) répondant à un auditeur.

Ce monsieur (qui a encore tous les points de son permis) a fait des remarques tout à fait pertinentes et s’est permis de finir son intervention sur une note d’humour (qui par ailleurs a fait rire les personnes présentes sur le plateau de l’émission). Il a eu toutefois le malheur de mentionner qu’il avait une voiture puissante.

Et voici la réponse de Mme Perrichon (en substance) :

"L’intervention de ce monsieur était presque parfaite. Sauf que j’ai entendu qu’il avait une voiture puissante et là, je ne suis plus. Je lui conseille une voiture plus citoyenne." (Il faudra qu’on m’explique ce que cela veut dire "une voiture citoyenne". En ce qui me concerne, je ne vois pas très bien pourquoi un objet inanimé [voiture] puisse être tenu responsable du comportement de son possesseur.)

Tentative timide de Alain Bedouet : "Mais s’il conduit bien…"

Chantal Perrichon : "On a toujours tendance à se servir de la puissance de sa voiture tôt ou tard."

OK, je veux bien. Mais est-ce que Mme Perrichon a déjà vu des accidents entre une grosse voiture et une petite ? Cela fait plus de 20 ans que je conduis (sans accident) des grandes et petites voitures. Il m’est arrivé plus d’une fois de passer à côté d’une scène d’accident. Force est de constater que lorsque des voitures d’inégale puissance sont impliquées, la grande a souvent juste une bosse alors que la petite est en miettes. Ne parlons pas des conducteurs et passagers.

Le discours d’il y a 20 ans : il vaut mieux avoir une voiture puissante, c’est plus sûr en cas d’accident.
Le discours d’aujourd’hui : ayons une voiture citoyenne. En cas d’accident, c’est obligatoirement le conducteur de la voiture puissante qui a commis l’infraction. Cela me fait une belle jambe une fois morte - mon pot de yaourt n’ayant pas pu me protéger.

Je suis fatiguée de vivre dans cette société moralisante, culpabilisante, reposant sur l’interdiction. On n’entend plus que ces trois termes à chaque fois lorsqu’on aborde un sujet qui fait débat (voiture, cigarette, environnement, etc.). Ce qui a pour conséquence de dresser les uns contre les autres : conducteurs de voiture contre piétons, fumeurs contre non-fumeurs... la liste est longue.

Mais qu’a-t-on donc fait du "respect de l’autre" ? Du "respect des règles". Et "l’éducation" dans tout ça ?

Digg!

5 commentaires:

Paul a dit…

I am 100% with you on this; excellent. Keep up the good work.

(signed) A smoker, drinker, motorist etc., etc.

stinker a dit…

Madame Perrichon! C'était un personnage de Labiche incarné par Jacques Martin dans les années ... quand on était petits, toi dans ton pays sans Dieu et moi dans ma cité sans arbres.
Quand aux bagnoles! Beurk! Ça pue, ça pollue, ça vous aboie dessus, même à l'arrêt, ça coûte cher, ça écrase les lapins - et pas que les lapins - et ça n'a aucun intérêt. Brûlez-les toutes! Et puis ... boire ou conduire, il faut choisir, comme disait la pub quand on était petits.

moumousse a dit…

paul a raison
ce pouvoir de culpabilisation!!! bientôt , les flics demanderont notre taux de choléstérol!!!

Le site " modéré " mérite cet article , de colère , et de FR Inter
J'ai une bagnole de 210 cv et suis addict à tous , même à le culture ( non de masse : pouah ! )

cm a dit…

En réponse à Stinker : je veux bien revenir à l'ère du cheval. Mais n'oublions pas que le cheval est un animal extrêmement sensible au stress. Combien de personnes ont été massacrées sous les sabots des chevaux ? Malheureusement (heureusement ?), à l'époque ils n'avaient pas encore la manie de faire des stats pour prouver tout et son contraire à partir des mêmes chiffres.

Quant aux arbres : estime-toi heureux d'avoir vécu dans une cité sans arbres. Tu sais bien qu'ils sont dangereux. Il est maintenant communément admis en France qu'il faut supprimer tous les platanes qui bordent les routes nationales puisqu'ils ont tendance à agresser les jeunes conducteurs qui sortent de boîte à 4h du mat.

Mais on ne parle pas encore assez du danger qu'ils représentent pour les enfants.
A six ans, je me suis cassée le bras en tombant d'un arbre. Mais comme à l'époque je vivais dans un pays sans Dieu qui ne fait pas (encore) partie de l'Union Européenne, je pense qu'il s'agissait sûrement d'un arbre ne répondant pas aux normes de Bruxelles.
Je suis convaincue qu'on saura y remédier d'ici quelques mois. ;-)

Anonyme a dit…

Hello Stinker!Dear friend,
Mme Perrichon aurait pu se taire mais il faut parler pour dire n'importe quoi, c'est une mode passagère.
Petite voiture, grosse caisse, ça demeure un objet, seul celui qui conduit peut décider.
Ma voiture est une vraie copine, elle est toute petite et connait ses limites, moi les miennes.Nous ne roulerons pas les mécaniques, nous ne ferons pas le tour du monde mais dans un pays où les transports sont mal répartis, je suis heureuse de prendre la route avec elle.