samedi, novembre 18, 2006

Fumer or not fumer

Non, non, je ne me suis pas énervé ce soir en écoutant "Le téléphone sonne" concernant l’interdiction de fumer dans les endroits publics.

Depuis que je fréquente le forum concernant la cigarette sur "Libération", je suis déjà passée par tous les stades : étonnement, colère, amusement, grande lassitude. L’émission de ce soir sur France Inter n’a pas pu me sortir de cet état de fatigue.

C’est un dialogue de sourds, les arguments avancés par les deux camps sont souvent très stupides, ce qui ne fait pas avancer le débat. Ceci dit, il me semble que dans le camp des non-fumeurs le sens de l’humour fait cruellement défaut. Mais il est peut-être interdit de rire par rapport à un sujet aussi sérieux…

Bref, trêve de plaisanterie.

Ne peronds pas de vue un point assez important : le tabac est une drogue (je crois que jusqu’ici on est tous d’accord). Les drogues existent depuis que l’homme existe. Combien de drogues ont vu le jour, ont été interdites (voire ont disparu) pour laisser place à des nouvelles ? Interdisons donc une fois de plus. Aujourd’hui, on se bat contre la fumée, et demain… ???

Au moins que certains veulent nous faire croire que l’homme puisse vivre dans une société sans drogues, auquel cas je leur souhaite bien du courage ! Et vive la longévité due à une hygiène de vie saine. Les cimetières seront bientôt remplis de centenaires morts en plein forme à force de manger de la salade verte tous les jours après avoir fait leur jogging quotidien.

Pour rappel
:
"La vie est [était ?] une maladie mortelle sexuellement transmissible."
Jacques DUTRONC

8 commentaires:

moumousse a dit…

A force de guérison , les patients malades d'Alzheimer meurent guéris .
L'idée de mourir guéri me semble une bonne citation ' de moi ) .
Cela rejoint cette société marxiste où l'on veut régenter tout , excepté les gens qui pondent les lois !!!!

Stinker a dit…

Mais non ! Ce n'est pas une question de fumeurs, c'est une question de fumée! La fumée, ça fait du mal aux autres. On n'a pas le droit de faire du mal aux autres, même au prétexte de la liberté. Enfin ... on a bien le droit si on le croit, mais alors, c'est le bordel. Si vous avez besoin de nicotine, prenez-la en intra-veineuses. C'est juste un peu moins efficace. Et s'il vous faut de la défonce, y en a plein qui sont non polluantes : les acides, le chocolat, la coke, le shit en infusion ou dans la pâtisserie, les graines de datura, les amanites tue-mouches, la télé ... non ! ça c'est polluant... et bien sûr le rhum cubain (Et en plus, vous aiderez Cuba. Ça, c'est moral!) Enfin, c'est pas les défonces qui manquent, même au pays des droits de l'homme, connu pour sa politique de répression en la matière. L'interdiction de fumer dans la sphère publique est une mesure salutaire et socialement cohérente, l'une des rares. Car les examples de lois absurdes et strictement liberticides sont nombreux. Penchons-nous plutôt sur l'interdiction de voter aux plus pauvres, qui n'ont pas de domicile et ne peuvent s'inscrire nulle part. Ça n'a rien à voir mais c'est autrement plus scandaleux... s'il fallait une raison pour se mettre en colère !

moumousse a dit…

difficile de parler après Stinker
en psy , je ne peux qu'être d'accord avec lui...
Mais comment se fait-il que dans les très grands hotels américains ou canadiens , il y ait toujours une salle avec un nombre impressionnant de cigares .
C'est le problème d'un grnd Bordeaux avec le rouge qui tâche .
Fumer devient donc un LUXE...
Cette voie gouvernementale est animée par des sommités du monde médical qui se " shootent " aux endorphines , au pouvoir , au sexe et aux mises en examen qui font la leçon , après avoir touche pendant des années des sommes effarantes des labos pharmaceutiques ( A ce propos , lire le dernier John Le Carré ) .
De toute façon , le débat est sans fin.
Les militants deviennent militaires!!

Anonyme a dit…

Well,

All this anti-smoking nonsense is just another manifesation of the "New Puritanism" that I warned people about years ago.

There is no hope: it started with feminism, quickly followed by the race-relations industry. At the same time we had drink-driving, then "speeding", now it's tobacco. The all-encompassing word is "Political Correctness" - just a phrase, but almost a slogan for The Total State.

Perhaps it's all done for the best motives eh? After all, we all want to live forever don't we?

Don't we? (Yawn)

cm a dit…

Ah moralité, quand tu nous tiens !

"La domination de l'État ne diffère pas de celle de l'église : l'une s'appuie sur la piété, l'autre sur la moralité."

Max Stirner (1806-1856)

Philosophe allemand appartenant aux "hegeliens de gauche", considéré comme un des précurseurs de l'anarchisme et de l'existentialisme, selon Wikipedia.

Stinker a dit…

La moralité n'a rien a voir là-dedans. Ou plutôt si ! Souvent, les fumeurs s'abritent derrière un semblant de moralité et des discours qui ne tiennent pas debout, car lorsqu'on se réfère à des grands principes pour défendre une opinion ou un penchant - personnel, ne devient-on pas soi-même le moraliste ?
Le "politiquement correct", on le cuisine à toutes les sauces, pour blâmer ceux qui nous empêchent, tantôt d'en griller une, tantôt de rouler les mécaniques dans le désert, ou plus généralement de leur chier dessus de telle ou telle manière. Il y a dans cette attitude plus de mauvaise foi que de générosité... Mais c'est difficile à percevoir à travers un écran de fumée.

cm a dit…

Les arguments des fumeurs sont peut-être fumeux, mais les arguments des non-fumeurs, sont-ils vraiment si pertinents ?
Extrait d’un message d’un non-fumeur sur le forum de Libé :

Cette personne parle d’une affiche posée en Uruguay par des fumeurs récalcitrants : "Merci Tabaré d'être oncologue et non pas sexologue".

Tabaré Vázquez était à l’origine du décret d’interdiction de fumer dans les lieux publics dans ce pays.

A cette personne d’ajouter : "Je trouve cette affiche complètement stupide. Déjà, parce qu'un oncologue ne lutte pas contre la cigarette mais contre ses effets : le cancer. Et qu'un sexologue ne lutte pas contre le sexe. […] Et jusqu'à preuve du contraire, il est DÉJÀ interdit d'avoir des relations sexuelles en public, et personne ne crie aux libertés bafouées."

Mon écran de fumée m’empêcherait-il de saisir la profondeur de cette réflexion ?

Anonyme a dit…

Le pays des droits de l'Homme a vécu et la cigarette m'indiffère et même sa fumée si elle me gêne un peu.
L'été d'expulsion des sans- papiers- combien? Vers quelle destination? Dans quelles conditions? doit être passé sous silence. Nous nous condamnons à vivre là où nous sommes nés, sans fumée de cigarette, sans médicaments ni alcool ni drogue et sans ouvrir nos portes à l'étranger: nous sommes enfermés chez nous et priés d'être très sages dans un pays qui a été.