mercredi, octobre 10, 2007

Le baiser (à ne pas confondre avec celui de Klimt)

"Je ne considère pas que le baiser d’une femme puisse être considéré comme un acte violent."
Me Gontard, avocat de la défense
Source : Libération

Toute la question est là.

Rappel des faits :
Rindy Sam, avait posé ses lèvres maquillées de rouge sur une toile monochrome (blanche) du peintre américain Cy Twombly. Cette toile, exposée à Avignon en juillet, fait partie d’un triptyque (les autres toiles du
triptyque présentent des taches colorées, fort intéressantes à mon avis).

Cette affaire est portée devant les tribunaux.

Problème :
Ce procès commence trois jours après le coup de poing porté au "Pont d’Argenteuil" de Monet au musée d’Orsay par une bande de jeunes en "état d’ébriété avancé".

Rindy Sam ne souhaite pas que l’on fasse l’amalgame entre les deux gestes : le sien serait un acte d’amour, l’autre un acte de vandalisme.

"Je n'ai pas la même conception de l'amour. Pour moi, en amour, il faut être deux et consentants" répond Me Tricoire, avocate des parties civiles.
Source : Le nouvel Obs

En ce qui me concerne, je ne vois pas de différence entre les deux gestes. Pour moi, il s’agit dans les deux cas d’une détérioration d’une œuvre d’art. Je ne discute pas de la valeur artistique d’une toile blanche, ce concept n’est plus tellement révolutionnaire. Toutefois, j’estime qu’un spectateur n’a pas le droit d’y apposer sa marque, sous quelque forme que ce soit.

Un musée, ou une galerie, ce n’est pas la rue. Je connais un certain nombre d’artistes pochoiristes qui peignent dans la rue et qui exposent en même temps dans des galeries. Evidemment, leurs pochoirs dans la rue sont tagués quelques jours plus tard. Ils n’y voient aucun inconvénient : ça fait partie du jeu. Mais cela m’étonnerait beaucoup qu’ils regardent les traces d’un baiser laissées sur une de leurs toiles exposées dans une galerie (même apposé avec tout l’amour du monde) avec la même bienveillance – au moins que cela ne se passe dans le cadre d’un happening.

2 commentaires:

icecarol a dit…

Tout à fait d'accord avec toi!

comme(dans l'autre sens) il y a des gens soulignent des phrases "importantes" dans un livre de la bibliothèque...

Par contre, cet article m'inspire une chose pour mon travail. J'étais en train de penser à la carte postale qui représente une oeuvre d'art contemporain, par exemple une installation, la CP ne représente qu'un aspect, ce n'est pas comme les tableaux de la peinture. Et là, je crois que j'ai une idée!! grâce à cet article!!!
Oh, je voudrais poser une grosse bise ici!!!^0^

Paul a dit…

Tout à fait d'accord avec toi!

Moi aussi.

(Et maintenant en Anglais - ces necessaire)

I see this act (the kiss) as a kind of arrogance; there is already too much of this commodity in the world.