vendredi, avril 13, 2007

Présidentielles : quand Rocard d’en mêle

"Socialiste et européen depuis toujours, j'affirme que sur les urgences d'aujourd'hui rien d'essentiel ne sépare plus en France les sociaux-démocrates et les démocrates-sociaux, c'est-à-dire les socialistes et les centristes." dit-il dans Le Monde d’aujourd’hui.

Il poursuit : "Il ne faut pas attendre l'après-second-tour pour créer la dynamique de l'alliance. Dans quelques jours, les Français décideront qui, de François Bayrou ou de Ségolène Royal, sera le mieux à même de battre Nicolas Sarkozy. Et ils le feront d'autant mieux qu'ils sauront que, dans tous les cas, une alliance sincère et constructive défendra au second tour puis aux législatives un projet commun d'espoir pour la France."


2 commentaires:

chris a dit…

Bernard Kouchner vient de lancer , lui- aussi, un appel à l'entente entre S.G. et FR.B.
La semaine à venir sera peut- être riche en rebondissements.
Curieusement , les électeurs de FR.B. semblent mal accueillir ces propositions alors que FR.B.en paraît satisfait .
Côté P.S., c'est l'inverse : les électeurs se mettent à y croire mais les dirigeants refusent tout, pour l'instant.
A suivre.

cm a dit…

"La semaine à venir sera peut- être riche en rebondissements."

Comme tu dis...

J'ai regardé quelques sondages ce matin, d'autres articles parlant de sondages dans l'après-midi et ce soir j'en ai encore trouvé d'autres.

Ils disent tout et son contraire. Du coup, je ne vais plus en parler sur mon blog, car visiblement, cela change toutes les cinq minutes.