mardi, juin 07, 2011

Skype

Comme j'ai déménagé quatre fois en 2009, deux fois en 2010 et 2011 n'étant pas encore fini... j'ai besoin d'un numéro de téléphone fixe qui me suive partout. Tout naturellement, j'ai opté pour Skype. Je paie donc un abonnement (sans engament aucun) pour conserver mon numéro et pouvoir téléphoner gratuitement pratiquement partout dans le monde. Le prix de l'abonnement est très attractif. En deux ans, je n'ai eu aucun problème.

Mais voilà : Microsoft est passé par là. 
Résultat : deux pannes en une semaine.
Conclusion : je paie une abonnement pour ne pas pouvoir téléphoner.
Moralité : je vais peut-être bientôt étudier les offres de la concurrence.

3 commentaires:

agnelo a dit…

Skype était une piece of shit bien avant que Microsoft ne jette son dévolu dessus. On a beau acheter de la merde 8.5 milliards de dollar, ça reste de la merde. Je sais bien qu'à une époque j'ai remplacé le téléphone par Skype ... mais il y a beaucoup à dire 'techniquement' et 'moralement' sur le fonctionnement de Skype et l'impossibilité de désactiver le voice mail (cherche sur Google). On ne peut pas laisser la vulgarité du monde entrer partout. On n'a pas besoin de téléphoner pour s'aimer. Et si c'est pour autre chose, ça n'en vaut pas la peine.


J'ai applaudi quand Microsoft a dépensé une fortune pour racheter Skype car les gens avaient déjà lâché Skype depuis un moment. Enfin, je dis "les gens" comme je dirais "les bêtes" ... En tout cas, il y a une chance pour que Microsoft ne s'en relève pas. Je ne sais pas si Bill Gates réussira à sauver l'Afrique. On le lui souhaite finalement. Mais Steve Ballmer aura beau passer la langue comme Einstein, son QI de caméléon lui aura tout juste permis de couler sa boîte. Il se dit depuis déjà longtemps dans les milieux autorisés - ceux qui s'autorisent des trucs comme disait Coluche - that Microsoft is not relevant anymore. Dans quelques années, il n'y aura plus de PCs. Les gens n'avaient pas besoin d'ordinateur. Bientôt ils n'auront plus besoin de Windows, car il n'y aura plus d'ordi (sous cette forme) et Microsoft s'est planté dans toutes ses tentatives de se positionner sur le marché de la téléphonie ou du net. Le rachat de Skype est peut-être un baroud d'honneur.

cm a dit…

J'étais sure que tu allais laisser un commentaire sur ce post...

Je suis assez d'accord avec toi, à ceci près :

On n'a pas besoin de téléphoner pour s'aimer.

Lorsque tu as un père de 82 ans, réfractaire à l'informatique, habitant l'Allemagne, que tu ne vois que tous les 5 ans et encore... il ne reste guère que le téléphone pour avoir un semblant de communication, la Poste ayant "égaré" un certain nombre de nos échanges épistolaires...

agnelo a dit…

Ah Schwesterchen! j'étais sûr que tu serais sure... mais avoue que tu pensais un peu à moi en l'écrivant! Il y a quelques années, lorsque mes amis voulaient que je mette de l'ambiance, ils disaient en me regardant "Microsoft", "Europe", "Georges Bush"... Aujourd'hui, je n'ai plus d'amis, Georges Bush a cessé de nuire, Microsoft is not relevant any more. Quant à l'Europe, une fois que la génération qui a vu l'Auberge espagnole sera passé et que le capitalisme triomphant aura tué tous les autres ... Que restera-til, de l'eau, du sang? (pour citer Jonasz, comme je fais souvent). On ne se méfie jamais assez de Ma Dalton assoupie sur son rocking chair... Et quand j'entends le mot Skype, je sors encore mon révolver.

On n'a pas besoin de téléphoner pour s'aimer.

Je maintiens. C'est la seule phrase qui avait du sens. Le reste n'est que vanité et poursuite du vent.

Outre Atlantique, ceux qui ont quelque chose dire ou qui trouvent à qui parler sont passés sur Google Talk. Pour la petite histoire, il y a quelques années, Google avait envisagé de racheter Skype, mais un conseil avisé l'en dissuada. Bien lui en prit.