mardi, juin 02, 2009

Je rêve

Le JT de FR2 du 1er juin (du moins sur Internet) a consacré 32 minutes à la disparition de l’avion d’Air France, avec comme invité Jean-Louis Borloo. En qualité de quoi, je vous le demande. A ma connaissance, il n’est pas ministre des transports.

Combien de minutes avait-on consacré à l’amerrissage de l’A-320 de l'US Airways ?

Après quelques infos sur le tennis et la mort de Karine Ruby (en tout, environ 2 minutes), on nous a présenté pour l’énième fois le film de propagande de Yann Arthus-Bertrand.

Comme mon streaming s’est arrêté au bout de 2 minutes de la diffusion de ce reportage (mon ordinateur me ressemble, nous sommes allergiques aux ayatollahs de l’environnement), je ne sais pas si d’autres nouvelles ont été suffisamment importantes pour être tout du moins évoquées.

Du coup, j’ai regardé les infos sur la chaîne allemande ZDF (durée totale : 15 minutes). Le journal a effectivement commencé avec la disparition de l’avion. Ensuite, il était question de la liquidation judiciaire de GM, FIAT&Chrysler, Pakistan, ainsi que quelques infos nationales.

Cela fait une dizaine d’années que je ne regarde plus les infos sur TF1 et je consomme depuis 6 mois les JT de FR2 avec modération (2-3 fois par semaine). Depuis ce soir, c’est fini. Merci le service public.

Afin de savoir ce qui se passe dans le monde, il vaut mieux être ailleurs.

14 commentaires:

Paul a dit…

Well yes, I am very familiar with this sort of thing; in fact I wrote about another memorable edition of the 8 O'clock news on France 2 on my blog StyxIs it more than just nationalism do you think?

Anonyme a dit…

Tout à fait d'accord avec vous.
J'étais chez une amie ce soir, qui laissait son poste allumé pour le JT. C'était France2. Même décompte que pour vous hier. Dingue!
Un JT entièrement consacré à cette histoire ("L'Info du jour", "l'info principale"), avec un invité expert qui n'avait à dire qu'une chose, honnêtement et prudemment: qu'il faut être prudent, que l'on n'a pas bcp d'infos, qu'il faudra du temps pour déterminer les raisons de cette disparition... Mais il a quand même été très longuement interrogé par le caniche de la 2 (pujadas) sur les différentes hypothèses, avec, à l'appui, des exemples plaqués comme dans une mauvaise rédaction d'élève, pendant quasiment tout le JT, alors que l'invité lui avait dit très vite qu'on ne pouvait partir d'hypothèses mais de faits pour avoir une chance de comprendre ce qui s'était passé, donc qu'il fallait cesser d'élaborer des scénarios/ii inutiles... Pujadas insistait lourdement: du délayage (pire que moi ici, c'est dire!) télévisuel à gogo.
Mais pourquoi tout cela?

Du coup, comme par hasard, l'invité politique pour les Européennes n'avait plus bcp de temps dans ce JT, et, bien sûr, c'était un politique de l'opposition, c'était... Martine Aubry. 1re question de pujadas (le pyjama de l'info, celui-là!): "vous étiez présente à la cérémonie pour les victimes du crash, qu'avez-vous ressenti?" Arghhh! Pas osé aller éteindre, c'était pas chez moi, mais j'aurais bien balancé ma sandalette dans l'écran!
Ensuite, deux courtes (très très très courtes) questions politiques, Aubry a dû répondre en 4e vitesse et de façon synthétique, et voilà, c'était fini! Enfin, une rapide phrase sur un perdant français au tennis pour terminer sur une note "sportive"!

Facile à suivre, la politique protégée par les caniches de la presse qui ment ou la presse collier: Naomi Klein avait raison avec sa stratégie du choc et la politique du capitalisme de la catastrophe... quelques faits divers à monter en boucle, dont les catastrophes mineures (oui, après tout, qui établit des cérémonies nationales pour les accidentés de la route ou du rail? Z'ont pas droit à Notre-Dame, eux!) mais amplifiées par un "deuil national", et hop, plus de place dans les médias pour l'analyse politique, les mouvements sociaux, etc. Pratique!
Vous avez au moins ZDF, cm, mais, en français, qu'aller voir à part des journaux d'opinion rentre-dedans? j'connais pas.

Juste une chose: aucun regret de ne pas avoir de télé, la propagande et la distraction sont les deux mammelles actuelles de cette nation!

Bonne soirée
Fleur

Anonyme a dit…

J'aime bien aussi sur le Net, les blogs qui savent en rire...
Par exemple sur onsefaitchier, la parodie (me) sert de thérapie!
Fleur

William Skyvington a dit…

Le cynisme extrêmement désinvolte de Fleur me trouble. On n'a pas le droit, me semble-t-il, de traiter le journaliste David Pujadas de caniche. On peut ne pas souhaiter regarder la télé, mais à quoi bon tenter de démolir globalement et vicieusement l'institution ?

cm a dit…

@ Fleur

Merci pour le lien.


@ William

Je ne peux pas parler à la place de Fleur.

En ce qui me concerne, comme tu le sais, je n’ai pas la télé. Je regarde seulement quelques programmes qui sont mis à disposition (gratuitement) sur Internet, comme par exemple : C dans l’aire, Ripostes, JT…

J’ai beaucoup apprécié les émissions d’Yves Calvi, car il y avait toujours des invités pour ou contre, donc débat – il a même osé inviter Cabrol dans une émission sur le réchauffement climatique (c’est dire !).

Jusqu’au jour où il était question d’Internet et téléchargement et piratage et pédophilie, etc. Ce jour-là déjà, j’ai failli écrire un article sur mon blog, car, mis à part l’amalgame qui a été fait entre tous ces sujets, les invités étaient tous d’accord : afin de protéger le pauvre Internaute inculte, il faut imaginer des lois (de préférence liberticides).

Comme la télé est la seule source d’information pour 98% des Français, ces changements me posent problème.

Maintenant, je préfère regarder « Un dîner presque parfait » sur M6, cela me donne des idées de recettes. Quoique, je préfère les tiennes, surtout ton pain fait maison. Pour y avoir goûté – un pur régal ! Parole de quelqu’un qui n’aime pas le pain.

raphaelleae a dit…

On peut être vraiment blessé pas les nouvelles, l'attitude du média.Cette sorte de crise déserve beaucoup de compassion et si c'était arrivé comme Fleur a dit, bien je suis d'accord avec elle.Toute la France idenitifie avec ses victimes de voyage alors le média devrait être plus sensible.

Une chose que le média fait c'est de laisser tomber trop vite les nouvelles qui ne sont pas nouveaux. Par exemple, comme la guerre entre Gaza et Israel après la trêve les nouvelles ont cessés abruptement comme si il n'y a plus de souffrance en Gaza.

stinker a dit…

La télé porte bien son nom de "lucarne à blaireaux". Rien d'étonnant à ce que des caniches aboient dedans. J'aimais mieux PPDA quand il draguait les actrices avec ses yeux de cocker.

"Ripostes" va disparaître au profit d'une émission culturelle ... On est toujours sans nouvelles de Dédé Slovinski. En revanche, David Carradine s'est pendu ("Der Weg des Tuns ist der Weg des Seins" sprach er mal in der Glotze ... oder war das andersrum ?)

Fleur a dit…

@William: je ne voulais pas vous choquer; en fait, ce n'est pas par pur plaisir que j'émets des évidences qui paraissent parfois cyniques; mon "cynisme" est le résultat ou l'effet de l'observation des manipulations dont on fait l'objet, tous; si chacun réagit à sa manière, soit en restant assez naïf, ce qui évite la souffrance (mais qui aime être manipulé?), soit en ironisant et en soulignant ce qui paraît être gênant dans ce qui fait notre environnement.
Lorsque les médias font de la manipulation par l'émotion, qu'ils font de l'information spectacle au détriment de l'information pure, cela m'attriste au-delà du possible, car cela indique que les journalistes listes ont pris l'habitude de nous considérer comme des moutons, des innoncents ou des imbéciles. Certes, Pujadas n'est pas le seul à pouvoir être considéré comme un non-journaliste face au pouvoir, mais il participe de la mise en scène de l'information comme d'un théâtre, choisissant soigneusement ce qui va devoir être rapidement évoqué (le social dérangeant) et ce qui peut être plus longuement décortiqué.

Ainsi, j'aurais trouvé plus honnête de la part de Pujadas, par exemple, qu'il explique pourquoi il avait envie de s'épandre plus longuement sur cette histoire d'avion: j'ai appris qu'il était hôtesse d'Air France, bouleversée par la disparition de ses collègues, et c'est entre autres raisons pour celle-ci qu'il a décidé d'en faire des tonnes à ce sujet... Qu'il soit lui-même ému, je le comprends très bien, mais qu'il utilise le JT comme un divant de psy pour sa femme et lui-même, je ne suis pas d'accord.
Quant à "démolir globalement et vicieusement l'institution", William, ce n'est pas moi qui le fais, mais ce sont ceux qui seraient censés protéger cette institution qui
la déconstruisent eux-mêmes, en usant pour le seul bénéfice de quelques-uns un outil qui devrait être au service de tous.

Fleur

Fleur a dit…

Suite et fin (j'ai fait trop long, comme souvent, veuillez me pardonner):

Peu de journalistes actuels (sauf les Daniel Mermet, Serge Halimi (et toute l'équipe du Monde diplomatique),
François Ruffin, etc.) font un
véritable travail de journaliste, et je n'en vois pas actuellement qui le font, à la télévision (ou ils se sont laissés émousser par le temps et le ronronnement télévisuel, même Moati, il me semble).

Même s'il m'agace parfois, j'écoute encore Mermet et son Là-bas si j'y suis, sur France Inter (écoutée sur le Net, car elle a été placée à 15heures, pour déstabiliser le journaliste et son émission, alors qu'elle fonctionnait très bien avant à son heure habituelle). Une émission qui a le plus souvent suivi et écouté les préoccupations essentielles des gens: les conditions de travail qui se dégradent pour tant de gens, la perte des emplois au profit des entreprises et actionnaires qui choisissent de délocaliser, les analyses au-delà de l'événement sur ces "coups de foudre" sociaux qui intéressent des millions de gens. Foin des faits divers qui amusent ou font pleurer le téléspectateur: la télé doit-elle être un Gala, un Voici ou pire, un Closer? C'est ce qu'elle est, le plus souvent, actuellement, non?

En fait, pour mieux comprendre pourquoi les Pujadas et consorts me semblent bien être des caniches, il faudrait lire ou avoir lu: les Petits Soldats du journalisme, entre autres.
Je vous assure que ce n'est pas pour le plaisir d'être cynique (de toute façon, cynique vient de chien aussi, alors, me traiteriez-vous aussi de chien, William? héhé, je le prends alors avec philosophie...) et de détruire l'image de la télé que j'en souligne les errances: cela ne fait que montrer mes déconvenues et mon indignation qu'on ait transformé un tel moyen d'expression en éternel outil de propagande.
Et je suivrais Stinker sur sa répartie à propos de "lucarne à blaireaux". Attention qu'on ne transforme pas aussi très bientôt Internet en cela, en l'hadopisant à outrance (et il y en aurait à dire, sur Hadopi, mais cm a déjà dit nombre de vérités à ce sujet): impression que cela commence déjà, avez-vous Nadine Morano poursuivant en justice une
internaute
qui aurait juste écrit en commentaire d'une vidéo évoquant une de ses interventions: "ouh la menteuse"?!
On va judiciariser Internet alors qu'il y a déjà trop d'affaires en cours qui traînent! Ce gouvernement a diminué les tribunaux de proximité, les prud'hommes, etc., et il faudra faire face à une massification de ce genre d'attaques? pfff...
Mais je m'égare...

(clin d'oeil à Raphaella: oui, il y a des sujets que les JT oublient de suivre, alors qu'ils n'oublient jamais le décompte des jours de journalistes pris en otages qq part: une info pour les journalistes par les journalistes...)

Bonne soirée à vous
Fleur

Fleur a dit…

Pour William: je ne suis pas abonnée à Arrêt sur images, mais si vous l'êtes, vous aurez lu, peut-être, cet article, qui analysait la confrontation entre le journaliste en question et l'expert invité, le président du BEA (bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile), Paul-Louis Arslanian: je n'aurais pas dû dire "caniche" pour cette fois, je vous l'accorde, mais plutôt "chien de chasse" (chercher, trouve, Pujadas, la méchante raison qui fait tomber les avions) contre "chien policier" (le psdt des enquêtes...), ce soir-là.

Bon et là, cm, j'arrête avec les liens, ils sont moins drôles que celui de jpmartin!

Fleur

Paul a dit…

The TV is not Sarkozy's friend! If you saw the coverage of the [i]bordel[/i] of Sarkozy's arrival in Normandy on Saturday you would have to agree. And Yann Barthés on canal + this evening informed us that nicolas had a little podium at the event to improve his stature!

Anonyme a dit…

En fait, j'aurais aimé exprimer ce qu'a dit Paul Virilio à propos de cette histoire, dans "Ce soir (ou jamais!)", sur la communauté d'émotions ("la synchronisation de l'émotion", qq chose de catastrophique), véhiculée désormais par les médias, et qui vient remplacer "la communauté d'intérêts", selon le théoricien de la catastrophe, qui explique que cette dérive est un danger pour la démocratie.
La télévision ne serait donc pas le seul outil responsable, William, dans cette perspective.
Mais comme par ailleurs les dérives journalistiques notamment pendant les élections présidentielles et le référendum ont été nuisibles, et contraire aux règles démocratiques, je n'ai pas fait de détail dans mon rejet de ce média.
Et peut-être, quand on a travaillé de près ou de loin pour cet outil, est-il plus compliqué d'en voir les défauts?
Mais vous pourriez peut-être me convaincre, si cela en valait la peine, qu'il y a là des moments à sauver : après tout, certaines émissions, comme celle de Taddéi, offrent des moments intéressants.

(@Paul: parfois les images sont cruelles pour Sarko, mais il n'est pas vrai que la télé est contre lui. Depuis qu'il a été ministre de l'Intérieur, il a su manipuler tout ce petit monde, et le fait d'être lié aux maîtres de TF1 et autres et de décider qui dirigera désormais sur France télévisions et Radio France n'est pas pour arranger les choses, il me semble?)

Bonne soirée
Fleur

stinker a dit…

@Fleur
Et je suivrais Stinker sur sa répartie à propos de "lucarne à blaireaux". Attention qu'on ne transforme pas aussi très bientôt Internet en cela...

Madoué! Il y a belle lurette que c'est fait. A bien y regarder, c'est pire. Au moins, le téléspectateur se borne à roter son fromage devant le JT et ne laisse de traces que sur sa moquette les soirs de match ... tandis que l'internaute!...

Fleur a dit…

@Vrai, Stinker.
Les autoroutes de l'info sont comme les autres: on croit aller qq part, mais parfois, on s'accidente, on se rudoie, on se blesse, on y meurt souvent aussi (voir les réseaux en Irlande je crois où se rencontraient un certain nombre de jeunes internautes qui se sont suicidés ensuite), et il y a des gens qui y laissent leurs papiers gras, qui s'insultent au volant, etc.

Et on est tjs le "beauf" de quelqu'un (enfin qui croit que l'autre l'est et pas lui...), dans quelque milieu que ce soit.

Quant aux miettes... héhé: hors lucarnes, les soirs de match, c'est sous mes fenêtres de rez-de-chaussée que les supporters embibinés attirés par une certaine place tournante parisienne laissent leurs vomissures intempestives... Au moins, sur le Net, on peut faire le net: censurer son blog, à la limite, même si la censure est liberticide (comme l'était hadopi),à l'opposé de l'attitude habituelle de l'internaute.
Alors que, hors virtuel, nettoyer au seau d'eau son trottoir marron, rose et blanc, beurk!